Photo de Papillon
Institut de
Recherche sur la
Biologie de l'
Insecte
 
 
Vous êtes ici : Français / Personnel / Etudiants

Etudiants

Miguel
LEIS
Doctorant
Equipe : Neuro-Ethologie
Tél : 02 47 366965

Thématique de recherche :

Ecophysiologie de la dispersion chez les vecteurs de la Maladie de Chagas

 

 

Le sang des animaux vertébrés constitue une source riche en nutriments et qui, excepté la présence éventuelle de parasites, est stérile. Beaucoup d’arthropodes ont développé la capacité d’exploiter cette ressource en développant un mode de vie hématophage. Pourtant, ce mode d’alimentation n’est pas sans contraintes. En effet, cela implique de prélever un aliment qui circule dans des vaisseaux cachés sous la peau d’animaux qui non seulement se déplacent et sont susceptibles de se défendre, voir même de devenir des prédateurs. Le mode de vie hématophage demande un grand nombre d’adaptations morphologiques, physiologiques et comportementales qui ont été sélectionnées au cours de l’histoire évolutive des différents groupes. Ces adaptations ont aussi des conséquences importantes sur l’évolution des parasites, ainsi que sur l’épidémiologie des maladies à vecteurs.

 

Notre groupe de recherche s’intéresse aux stratégies et mécanismes qui permettent aux insectes hématophages de vivre en association avec leurs hôtes vertébrés, de repérer leur présence, de récupérer le sang circulant dans les vaisseaux sanguins et de gérer un repas sanguin volumineux de manière efficace. Un problème majeur auquel les hématophages qui vivent en association étroite avec leurs hôtes doivent faire face, c’est de trouver un habitat nouveau lors que les hôtes vertébrés ont migré ou abandonné leurs nids. C’est le cas des punaises responsables de la transmission de la maladie de Chagas en Amérique du Sud et Centrale. Certaines espèces migrent de façon saisonnière entre les milieux sauvages et domestiques (Barbu et al., 2009; Barbu et al., 2010; Gourbiere et al., 2008). Ces migrations ne sont pas seulement influencées par la dynamique des populations des hôtes, mais aussi par la variation des conditions environnementales au cours de l’année. D’autre part, les triatomines possèdent des mécanismes de modulation de leur développement pour faire face aux variations stochastiques de leur environnement (Menu et al., 2010).

 

Le projet de thèse proposé s’inscrit dans l’analyse de 1) l’impact de l’environnement sur la dynamique de la dispersion des vecteurs de la maladie de Chagas, 2) desmécanismes d’orientation pendant les déplacements par le vol et par la marche et 3) le coût énergétique de ces déplacements.

 

L’analyse expérimentale reposera sur des mesures du comportement d’orientation et de l’activité et la quantification du métabolisme énergétique dans des conditions simulant des changements climatiques. Le cadre théorique sera fourni par la dynamique adaptative et l’écologie évolutive. Ces derniers aspects seront développés en collaboration avec le Professeur Frédéric Menu de l’Université Claude Bernard de Lyon.

Photo de fourmi