Photo de Papillon
Photo de Coccinelle
Institut de
Recherche sur la
Biologie de l'
Insecte
 
 
Vous êtes ici : Français / Personnel

Personnel

Anne-Geneviève
BAGNERES
Directrice de Recherches CNRS
Equipe : ECEIS
Tél : 02 47 367348

Compétences techniques :

Compétences en chromatographie en phase gazeuse (GC) et GC couplée à la spectrométrie de masse (GC-MS) des composés cuticulaires d'arthropodes.
 

Compétences de terrain sur les termites souterrains européens, leurs dégats, les méthodes de lutte.

 

Thématique de recherche :

 

Mes thématiques principales portent, d’une part, sur l’étude intégrative des sociétés d’insectes, avec comme modèle privilégié les termites souterrains européens, de l’écologie évolutive à leurs traits d’histoire de vie ; et d’autre part, sur l’écologie chimique (photo 1 : livre) au sens large, mais tout particulièrement autour des insectes sociaux, à travers le concept de signature chimique.


Mes centres d’intérêts autour de ces thématiques sont :

- La phylogénie et la différentiation des espèces européennes des termites du genre Reticulitermes
- Leur mode de reproduction et la différentiation des castes
- La biologie des invasions chez les termites d'Europe
- Les systèmes de reconnaissance chez les Insectes
- Les interactions chimiques chez les insectes sociaux par leurs composés cuticulaires

 

Je m’intéresse également à la diffusion du savoir scientifique et à la valorisation des résultats.

 

Livre Ecologie chimique - le langage de la nature :

Le_langage_de_la-nature_INEE

 

Nouveau livre sur l'Ecologie chimique (en anglais) :

Chemical Ecology

 

 

Mon Curriculum Vitae en 5 pages

 

Description plus détaillée

Les insectes sociaux, Hyménoptères (abeilles, fourmis, guêpes) et Isoptères (termites), ont atteint le degré le plus élevé de socialité dans le règne animal. Leurs sociétés sont caractérisées par une division du travail, entre individus reproducteurs, et individus généralement stériles assurant l’essentiel des tâches de la société (polyéthisme). Les Isoptères se distinguent des Hyménoptères par un système de détermination du sexe diplo-diploïde, un mode de développement hémimétabole ainsi qu’un sex-ratio souvent équilibré (SR~0.5) au sein des différentes castes. Les termites étudiés sont des termites souterrains du genre Reticulitermes (photo 2), seul genre présent sur tout le territoire français de façon naturelle ou anthropique, avec 6 espèces décrites à ce jour. Les Reticulitermes ont la particularité, entre autre, de produire de nombreux reproducteurs secondaires (néoténiques), et constituent ainsi un modèle biologique particulièrement propice pour étudier, en parallèle, les mécanismes de la différenciation des castes, et leurs conséquences dans les différentes stratégies de reproduction. En effet, le fait de produire de nombreux sexués semble un paradoxe dans le monde altruiste des insectes sociaux. Leurs processus de reconnaissance, leur interaction avec l’environnement, comme par exemple avec des prédateurs comme les fourmis, leur biologie de façon générale m’intéresse car elle reste encore, du fait de leur vie souterraine, largement méconnue par rapport aux autres insectes sociaux. L’origine et l’histoire évolutive des différentes espèces et leurs migrations anthropiques sont un de mes centres d’intérêt également. Bien que pour l’homme ils apparaissent comme des nuisibles, ils interviennent dans notre écosystème tempéré comme des xylophages utiles. Ce double aspect nuisible/utile possède un poids sociologique et écologique qui retient mon attention. L’impact du changement climatique en train de s’opérer devrait avoir son importance dans la répartition des espèces en Europe.
Nous avons décrit, en particulier, ces dernières années, deux espèces invasives de termites, une en provenance des USA (probablement de Louisiane) : R. flavipes, et une des Balkans : R. urbis. Toutes deux, par la modification de leurs stratégies de reproduction, ont des capacités de dispersion extrêmement importantes. L’étude des invasions biologiques est donc, de fait, un aspect qui est à prendre en compte à la fois par la compétition occasionnée sur des espèces endémiques, mais également par ces modifications de la biologie des espèces. Plusieurs articles publiés ces dernières années y sont dédiés.

 

Termites


 

La signature chimique est impliquée dans la reconnaissance interindividuelle aussi bien chez les espèces sociales (fourmis, termites, guêpes…) que non sociales (mouches, parasitoïdes divers…). Elle est une des clefs de voûte de la cohésion au sein des espèces sociales. Différents facteurs mal et même non connus régulent la mise en place et le maintien de cette signature chimique, composée essentiellement d’hydrocarbures. Elle est présente sur la cuticule (exosquelette) des Insectes et Arthropodes en général. J’ai été parmi les premiers chercheurs à l’origine du concept de signature chimique qui est un concept maintenant établi pour toute la communauté internationale. Nous avons éditer en 2010 une monographie sur ce sujet avec GJ Blomquist (photo 3)(voir liste publications). J’ai étudié, au cours de nombreuses collaborations, une centaine d’espèces, des mammifères aux invertébrés, au niveau de leurs processus de reconnaissance par contact, en décrivant les mixtures complexes que forme cette signature, véritable code barre chimique de l’individu à l’espèce. C’est son intervention dans la reconnaissance interindividuelle, et son lien avec la biologie de l’être vivant qui m’intéresse. Les modifications de la signature occasionnées par le parasitisme social ou non, et le comportement qui en découle, sont des aspects qui m’intéressent tout particulièrement (voir mes publications). Le domaine de l’écologie chimique, vaste et complexe, est donc une de mes passions scientifiques.

La signature chimique peut éclairer de nombreux aspects sur l’étude des insectes sociaux, des variations spécifiques, coloniales, entre castes, à celles de leur structure sociale et de leur capacité invasive. Elle est non seulement un excellent indice taxonomique pour les espèces qui nous intéressent mais est un reflet de l’évolution des espèces. 
Les différentes voies évolutives et phylogénétiques des termites européens sont parmi les mieux connues à ce jour grâce aux avancées récentes de mon équipe, seule équipe vouée à l’étude multidisciplinaire et intégrative des termites d’Europe.

 

Un grand merci à tous mes collaborateurs sans lesquels ces pages ne pourraient exister…


 

Book HC

 

Publications majeures :

 

Selections de publications

La liste de mes publications (depuis 1995) est dans la liste de publications de l'équipe

 

      Lefebvre T., Vargo E.L., Zimmermann M., Dupont S., Kutnik M. & Bagnères A.-G. Subterranean termite phylogeography reveals multiple postglacial colonization events and parapatric speciation in southwestern Europe. Ecology and Evolution, 6(16), 5987-6004. 

 

Lefebvre et al.pdf

 

LeConte Y., Huang Z.Y., Roux M., Zeng Z. J., Christidès J.-P., Bagnères A.-G., 2015. Varroa destructor changes cuticular hydrocarbons to mimic its new host, even when the new host is of a different species. Biology Letters 11: 20150233.

LeConte_et_al_BiolLetters2015.pdf

 

Bagnères A.-G. & Robert Hanus. 2015. Chapitre 15. Communication and Social Regulation in Termites. Pp. 193-248. In: Social Recognition in Invertebrates: The Knowns and the Unknowns. Eds. Laura Aquiloni, Elena Tricarico. Publisher: Springer. ISBN 978-3-319-17598-0.

chp_11BagneresHanus.pdf 

 

Lorenzi M.C., Azzani L. & Bagnères A.-G., 2014. Evolutionary consequences of deception: Complexity and informational content of colony signature are favored by social parasitism. Current Zoology, 60, 137–148. Lorenzi-etAl_CZ2014.pdf

 

Perdereau, E., Bagnères, A.-G., Bankhead-Dronnet, S., Zimmermann, M., Dupont, S., Vargo, E.L., and Dedeine, F. 2013. Global genetic analysis reveals the putative native source of the invasive termite,Reticulitermes flavipes.Molecular Ecology, 22, 1105-1119.
mec12140_Perdereau.pdf

 

 

Leniaud L., Darrouzet E., Dedeine, F., Ahn, K., Huang Z.Y. & Bagnères A.-G. 2011. Ontogenic potentialities of the worker caste in two subterranean  termites.  Evolution & Development, 13(2), 138-148. LeniaudEDE2011.pdf

Perdereau, E., Dedeine, F., Christidès, J.-P., Dupont, S., & Bagnères, A.-G. 2011. Competition between invasive and indigenous species: an insular case study of subterranean termites. Biological invasions, 13, 1457-1470.PerdereauBiolInv2011.pdf

 

Blomquist G.J. and Bagnères A.-G. 2010. Insect Hydrocarbons: Biology, Biochemistry and Chemical Ecology. Cambridge University Press. 500p.

 

Perdereau, E., Dedeine, F., Christidès, J.-P., & Bagnères A.-G. 2010. Variations in worker cuticular hydrocarbons and soldier iosprenoid defensive secretions within and among introduced and native populations of the subterranean termite, Reticulitermes flavipes. Journal of Chemical Ecology, 39, 1189-1198.
PerdereauJOCE2010b.pdf

 

Dronnet S., Lohou C., Christidès J.-P. & Bagnères A.-G. 2006. Cuticular hydrocarbon composition reflects genetic relationship among colonies of the introduced termiteReticulitermes santonensis Feytaud. Journal of Chemical Ecology, 32, 1027-1042. Dronnet_et_al_2006JCE.pdf

Kutnik M., Uva P., Brinkworth L. & Bagnères A.-G. 2004. Phylogeography of two European  Reticulitermes (Isopteraspecies: the Iberian refugium. Molecular Ecology,13, 3099-3113. Kutnik_mec.pdf

Fan Y., Schal C., Vargo   E.L. & Bagnères  A.-G.  2004. Characterization of termite lipophorin and its involvement in hydrocarbon transport. Journal of Insect Physiology, 50, 609-620. Fan_etal_JIP2004.pdf

Uva P., Clément J.-L., Austin J.W., Aubert J., Zaffagnini V., Quintana A. & Bagnères A.-G. 2004. Origin of a new Reticulitermes termite (Isoptera, Rhinotermitidae) inferred from mitochondrial and nuclear DNA data. Molecular Phylogenetics and Evolution,30, 344-353.
Uva1_2004.pdf

 

Clément J.-L., Bagnères  A.-G., Uva P., Wilfert L., Quintana A., Reinhard J. & Dronnet S. 2001. Biosystematics of Reticulitermes termites in Europe. Morphological, chemical, molecular data.  Insectes Sociaux, 48, 202-215.
ClementIS2001.pdf

 

Bagnères A.-G., Rivière G., & Clément J.-L. 1998. Artificial neural network modeling of caste odor discrimination based on cuticular hydrocarbons in termites Chemoecology, 8, 201-209. BagneresChemoecology1998.pdf

Clément J.-L. and Bagnères A.-G. 1998. Nestmate recognition in Termites. InPheromone Communication in Social Insects: Ants, Wasps, Bees, and Termites, R.K. Vander Meer, M. Breed, M. Winston, K. Espelie (Eds), Westview Press, Chap. 6,  126-155.
ClementIS2001.pdf

 

Lorenzi M.-C.,Bagnères A.-G., Clément J.-L & Turillazzi S. 1997. Polistes biglumis bimaculatus epicuticular hydrocarbons and nestmate recognition (Hymenoptera: Vespidae). Insectes Sociaux, 44, 123-138. LorenziIS1997.pdf

Bagnères  A.-G.,  Lorenzi M.-C., Dusticier G., Turillazzi S & Clément J.-L. 1996. Chemical usurpation of a nest by paper wasp parasites. Science, 272, 889-892.
BagneresScience96.pdf

 

Finidori-Logli V., Bagnères A.-G. & Clément J.-L. 1996. Role of plant volatiles in the search for a host by parasitoid Diglyphus isaea (Hymenoptera, Eulophidae). Journal of Chemical Ecology, 22, 541-558.
Finidori-LogliJCE1996_3.pdf

 

Provost  E., Rivière G., Roux M., Morgan E.D. & Bagnères  A.-G. 1993. Change in the chemical signature of the ant Leptothorax lichtensteini Bondroit with time.  Insect Biochemistry and Molecular Biology, 23, 945-957.  Provost_et_al_InsectBiochemMolBiol1993.pdf

 

Bonavita-Cougourdan  A., Theraulaz G., Bagnères  A.-G., Roux M., Pratte  M., Provost E & Clément J.-L. 1991. Cuticular hydrocarbons, social organization and ovarian development in a Polistes wasp: Polistes dominulus Christ. Comparative Biochemistry and Physiology B, 100, 667-680.
BonaVita_et_al_CompBiochemPhysiol1991.pdf

 

Bagnères  A.-G.,  Killian A., Clément J.-L & Lange  C. 1991. Interspecific recognition among termites of the genus Reticulitermes: Evidence for a role for the hydrocarbons.Journal of Chemical Ecology, 17, 2397-2420.
Bagneres_etalJCE1991_12.pdf

 

Bagnères  A.-G and Morgan E.D. 1991. The postpharyngeal glands and the cuticle of Formicidae contain the same characteristic hydrocarbons.Experientia, 47, 106-111. 
BagneresMorgan1991Experientia47.pdf

 

Bagnères  A.-G.,  Errard C., Mulheim C., Joulie C & Lange  C. 1991. Induced mimicry of colony odors in ants. Journal of Chemical Ecology, 17, 1641-1664.
Bagneres_Errard_etalJCE1991_8.pdf

 

Bagnères  A.-G., Clément J.-L.,  Blum M.S., Severson  R.F., Joulie C. & Lange C. 1990. Cuticular hydrocarbons and defensive compounds of Reticulitermes flavipes(Kollar) and R. santonensis (Feytaud): Polymorphism and chemotaxonomy. Journal of Chemical Ecology, 16, 3213-3244.
Bagneres_etalJCE1990_12.pdf 

 

 

Photo de fourmi