Photo de Papillon
Photo de Coccinelle
Institut de
Recherche sur la
Biologie de l'
Insecte
 
 
Vous êtes ici : Français / Actualités

Actualités

Sep 7, 2017
Category: Actualites

Séminaires


HDR de Joël MEUNIER

4 octobre 2017, 13h, salle des thèses

 

Résumé

L’évolution de la vie sociale chez les insectes
Une question majeure en biologie évolutive est de comprendre pourquoi la vie de groupe a pu émerger et se répandre aussi largement dans la nature malgré les coûts qu’elle engendre pour ses membres. Au cours des dix dernières années, mes travaux de recherche se sont focalisés sur cette question en s’appuyant sur deux espèces d’insectes aux systèmes sociaux radicalement différents. D’une part, la fourmi Formica selysi avec sa vie sociale permanente et obligatoire (appelée eusociale), et d’autre part le forficule européen Forficula auricularia avec sa vie de famille temporaire et facultative (appelée subsociale). En utilisant une approche intégrative des différentes disciplines de l’écologie évolutive telles que l’écologie comportementale, l’écologie chimique et l’éco-immunologie, mais aussi des outils de la génétique quantitative et des bio-statistiques, je me suis d’abord intéressé à l’importance des coûts liés aux conflits sociaux sur l’évolution de ces groupes. Mes travaux ont ainsi cherché à répondre à des questions telles que 1) Pourquoi les ouvrières ne se reproduisent-elles pas dans les colonies de fourmis ? 2) Qui des ouvrières ou des reines contrôle le sex-ratio des descendants produits au sein des colonies de fourmis, d’abeilles et de guêpes ? 3) Est-ce que l’apparentement génétique entre juvéniles détermine le niveau de compétition entre ces derniers pour l’accès aux soins maternels pendant la vie de famille ? 4) Existe-il des bases génétiques au conflit entre mère et juvéniles sur l’investissement parental dans les soins aux jeunes ? Et enfin 5) comment s’exprime le conflit entre le père et la mère dans le niveau de soin aux jeunes lorsque le premier déserte le nid avant l’éclosion des œufs ? En plus de ces études, mes recherches se sont aussi focalisées sur les bénéfices de la vie de groupe, et plus particulièrement sur le rôle de la coopération dans l’évolution des groupes où la vie sociale n’est pas obligatoire – comme c’est le cas chez les forficules. En particulier, je me suis intéressé 6) aux coûts et bénéfices des soins maternels pour la mère et pour les juvéniles, 7) à la possibilité pour les juvéniles de coopérer pendant la vie de famille et aussi 8) à comment la mise en place d’une immunité sociale au sein de la famille pouvait diminuer le risque d’exposition et d’infection par des pathogènes. Mes travaux - qui ont permis l’encadrement de 41 étudiants dont 3 en thèse, et la publication de 35 articles dans des journaux à comité de lecture - démontrent que l’évolution de la vie sociale chez les insectes repose sur un jeu complexe entre conflit pour l’accès des individus à la reproduction ou à une ressource limitante, et coopération pour le partage de la nourriture et la défense contre les pathogènes. Mes résultats révèlent aussi qu’il peut être difficile de prédire l’émergence d’un conflit ou d’une coopération pour chaque situation, car ces deux processus impliquent souvent les mêmes parties de façon quasi-simultanée. Enfin, ce travail soulève plusieurs questions primordiales qui seront étudiées dans les prochaines années et qui concernent, par exemple, les bénéfices négligés des interactions familiales, le rôle du microbiote intestinal dans l’évolution de la vie de groupe, l’implication des immunités sociales et personnelles dans l’évolution de la vie sociale ou encore les bases génétiques et épigénétiques de la vie familiale.

Composition du jury:
Mme Anne-Geneviève BAGNERES, Directeur de Recherche, CNRS, Université de Tours
M. Raphaël BOULAY, Professeur des Universités, Université de Tours
Mme Christine BRAQUART-VARNIER, Professeur des Universités, Université de Poitiers
Mme Marie CHARPENTIER, Directeur de Recherche, CNRS, Université de Montpellier
M. Thibaud MONNIN, Directeur de Recherche, CNRS, Université de Paris VI
M. Yannick MORET, Directeur de Recherche, CNRS, Université de Dijon

Photo de fourmi