Photo de Papillon
Photo de Coccinelle
Institut de
Recherche sur la
Biologie de l'
Insecte
 
 
Vous êtes ici : Français / Actualités

Actualités

Nov 30, 2017
Category: Actualites

Séminaires


Soutenance de Thèse

Cristela SANCHEZ

mercredi 13 décembre 2017, 9h30, bâtiment L, salle des thèses

"Adaptations aux températures extrêmes et plasticité phénotypique chez une fourmi thermophile"

Chez les fourmis la température affecte de nombreux traits entraînant des conséquences écologiques importantes. Faire face à des températures extrêmes est crucial pour ces organismes ce qui a conduit à la mise en place de diverses adaptations. Les espèces distribuées le long de gradients environnementaux sont soumises à des pressions de sélection variables entre les populations. La sélection naturelle peut ainsi favoriser de traits adaptatifs qui procurent un avantage localement. La plasticité phénotypique constitue quant à elle, un mécanisme de réponse rapide permettant l’ajustement des traits à des changements brusques de l’environnement. Lors de cette thèse nous avons, premièrement, déterminé l’impact du choix méthodologique sur les tests de résistance à la température chez les fourmis. Cette étude à mis en évidence une grande diversité méthodologique. Cependant, ces méthodes n’étant pas équivalentes, il n’est pas possible de fixer un seul et unique protocole mais celui-ci va dépendre de l’espèce étudiée et de la question posée. D’autre part, nous avons étudié chez une fourmi thermophile des variations phénotypiques dans les traits impliqués dans la résistance à la température le long d’un gradient altitudinal. Nous avons mis en évidence une plasticité comportementale importante: les ouvrières situées à moyenne altitude sont actives à des températures plus élevées que celles de basse et haute altitude. De plus, ces ouvrières survivent plus longtemps à la chaleur, mais il ne semble pas y avoir d’adéquation entre l’environnement et les données morphologiques. Le taux métabolique est plus élevé chez les fourmis de moyenne et haute altitude. En revanche, les fourmis de basse altitude sont les plus sensibles à une augmentation des températures. L’étude génétique des populations montre une structuration qui peut contribuer à expliquer les différences phénotypiques signalées précédemment. Finalement, nous avons cherché à déterminer le degré de plasticité des caractères physiologiques et morphologiques face à une augmentation des températures durant le développement. Nos résultats montrent que par ce mécanisme de plasticité phénotypique, la résistance à la température chez les adultes peut être ajustée rapidement en fonction des conditions locales.
 
Jury :
 
Mr BOULAY Raphaël -        Professeur, Université François – Rabelais de Tours – Directeur de thèse
Mr CERDÁ Xim - Directeur de recherches, Estación Biológica de Doñana, Espagne – Directeur de thèse
Mr ARRÉBOLA BURGOS Jose R. - Professeur, Universidad de Sevilla, Espagne – Directeur de thèse
Mr FOURCASSIÉ Vincent - Directeur de recherches, CRCA, Université Toulouse III - Rapporteur
Mr LAZZARI Claudio - Professeur, Université François – Rabelais de Tours - Examinateur
Mr MONNIN Thibaud -  Directeur de recherches, UPMC-iEES, Paris – Examinateur
Mr ORIVEL Jérôme - Directeur de recherches, UMR EcoFog, Université de Guyane - Examinateur
Photo de fourmi